Télé-relève : la Vendée fait la course en tête

Depuis deux ans, Vendée Eau, syndicat départemental d’alimentation en eau potable, déploie avec Veolia Eau la relève à distance des index des compteurs d’eau pour les 60 000 abonnés du secteur du Talmondais-Les Olonnes. Analyse d’Eric Rambaud, Président de Vendée Eau.

Pourquoi avoir engagé le déploiement de la télé-relève ?

Eric Rambaud : Vendée Eau organise la distribution de l’eau potable dans 277 communes de Vendée, soit 550 000 habitants et 350 000 abonnés, pour 14 000 km de réseau. Les enjeux de relève à distance sont pour nous importants. La zone littorale et touristique des Olonnes-Talmondais était un secteur privilégié pour l’expérimenter, avec de nombreuses résidences secondaires, aux compteurs parfois anciens et peu accessibles et des occupants souvent absents. Nous avons commencé à travailler sur le sujet en 2003, mais le déploiement sur l’ensemble du secteur est effectif depuis 2012, après la renégociation du contrat et le choix du nouvel opérateur Veolia Eau.

En quoi la solution proposée par Veolia Eau, avec un réseau interopérable et ouvert, dont le service sera assuré par m2ocity, répond aux besoins de Vendée Eau ?

Eric Rambaud : La proposition innovante de Veolia Eau repose sur une ossature de réseau qui est ouverte à d’autres flux d’information, et donc à la mutualisation avec d’autres opérateurs, publics et même privés, dans une logique de multi-usages. Cette caractéristique a été déterminante, parce qu’elle nous permet dorénavant d’envisager – à travers la mutualisation des infrastructures – une réduction des coûts effectifs du déploiement de la télé-relève. C’était jusqu’alors un frein, que nous faisons dorénavant le pari de lever grâce à l’offre de Veolia Eau. La solution qui est mise en œuvre contient les atouts techniques et économiques pour faire réussir concrètement la télé-relève.

En termes de service aux usagers, quel est l’impact attendu de la télé-relève ?

Eric Rambaud : Cette modernisation des outils permettra une vraie optimisation du service aux abonnés. Nous disposerons en effet d’une connaissance précise et actualisée des index, et non plus des estimations d’hier. Ce qui permettra d’une part d’améliorer la gestion globale de l’alimentation en eau, notamment dans une logique de sécurisation, et d’autre part d’apporter un meilleur service aux abonnés. Nous allons ainsi travailler sur la définition des périodes de relevé selon les périmètres et les communes, dans une ambition d’équité et de proximité, répondant ainsi à la demande citoyenne… ce qui fonde notre responsabilité ! Il est encore un peu tôt pour véritablement en mesurer tous les impacts, puisque le déploiement complet est prévu pour fin 2013, mais il est déjà sûr que la télé-relève va impulser une nouvelle dynamique du service de l’eau.