Protection des eaux de baignade : un intercepteur de pollution !

Saint-Briac / Saint-Lunaire (35) protège et améliore la qualité de ses eaux de baignade, notamment pendant la période estivale. Veolia Eau y a mis en place un dispositif qui empêche le rejet en mer du premier flot d’eau pluviale, celui qui est potentiellement le plus chargé en polluant.

Objectif qualité des eaux de baignade pour le Syndicat Intercommunal d’Assainissement de Saint-Briac-sur-Mer / Saint-Lunaire. Une question de santé publique et de réglementation, au vu des normes imposées par la Directive Eaux de Baignade de 2006/7/CE qui précise que la teneur en e.coli doit être inférieure à 500 E.coli/100ml pour être conforme. Au déclenchement de la pluie, on sait que le premier flot d’eau pluvial entraîne un flux bactériologique qui peut engendrer une pollution. D’où l’intérêt d’un intercepteur dédié à ce premier flot, notamment en période estivale.

Le chantier a été impressionnant. À Saint-Lunaire, dans le quartier du Marais, le Syndicat a procédé à la réorganisation du transfert des eaux usées et à la mise en place d’un intercepteur : une vanne électrique sur un ouvrage de 2 500 mm de diamètre, posée à une profondeur de 6,5 mètres. Cette vanne permet la capture du premier flot pluvial qui est alors amené vers un bassin tampon avant d’être refoulé à la station d’épuration. Une horloge à marées avec compensation barométrique a bien sûr été mise en place pour fermer, avec anticipation, la vanne électrique lors de très forts coefficients de marée afin d’éviter l’entrée d’eau de mer dans le bassin tampon.

Opérationnel depuis juin 2013, le dispositif a été ajusté en début de période par Guy Jamet, Responsable Travaux de Veolia Eau Côte d’Émeraude, chargé du suivi de ce chantier. Puis, l’ensemble des données sera archivé sur le système de télégestion, pour permettre un bilan de fonctionnement analytique et quantitatif du bassin tampon sur la période estivale.