H2S : Veolia Eau gagne la bataille contre les odeurs

Première mondiale ! Veolia Eau teste un traitement prometteur de l’H2S sur un équipement de désodorisation du bassin tampon de la station d’épuration de l’industriel Socopa Viandes à Évron (53).

Dans le cadre de son partenariat avec Socopa, Veolia Eau a proposé un diagnostic et des préconisations pour l’amélioration du traitement des odeurs sur l’Alizair (process de désodorisation biologique utilisant la bio-filtration) équipant le bassin tampon de la station d’épuration du site d’Évron. En effet, suite à un changement de l’activité de l’abattoir, les équipes d’exploitation ont constaté que le matériau support n’était plus adapté à la charge d’H2S à traiter et qu’il devait être remplacé. « En raison des flux importants d’air vicié à traiter, le média qui agit comme support pour les bactéries s’était progressivement colmaté », explique Loïc Oger de la direction technique régionale de Veolia Eau. « Les débits d’extraction étaient insuffisants et une concentration importante d’H2S était observée sous la couverture du bassin tampon. Nous avions d’abord envisagé de nettoyer le média mais, cette opération, coûteuse, comportait le risque d’être renouvelée rapidement ».

Une solution signée Veolia Eau

En se rapprochant des experts du siège, les équipes Veolia Eau ont trouvé une solution de remplacement, bien plus efficace : Un matériau minéral présentant de nombreux avantages. En effet, d’origine naturelle, ce matériau support se caractérise par une granulométrie supérieure aux matériaux couramment utilisés, avec une surface spécifique identique. C’est donc ce choix qui s’est imposé pour renouveler le média de l’Alizair de Socopa Évron… avec grand succès.

« Bien que l’opération de renouvellement du massif ait été totalement encadrée par notre direction technique, nous avions quelques craintes concernant la remise en service de ce système de traitement biologique, et les risques de nuisance associés auprès du voisinage », témoigne David Clouvet, responsable pour Veolia Eau de l’exploitation de la STEP de Socopa. « Nous avons été plus qu’agréablement surpris par la rapidité de réensemencement (environ 4 jours) mais aussi par les performances de traitement immédiates de ce matériau ». Aujourd’hui, le process de désodorisation absorbe totalement l’ensemble des flux à traiter et le taux d’H2S est tout simplement nul.