Gestion différenciée : le « plus » environnemental

Veolia Eau propose à ses clients, collectivités ou entreprises, d’opter le plus souvent possible pour la gestion différenciée. Qu’il s’agisse d’équipements que l’entreprise construit ou de services qu’elle reprend ou met en place, son savoir-faire et sa capacité d’innovation en matière environnementale font souvent la différence. Exemples en Loire-Atlantique et Finistère.

Le syndicat d’assainissement d’Anetz Saint-Herblon (44) a fait construire en 2012 une station d’épuration de 4 600 équivalent/habitants. « Nous avons reçu de très bons dossiers, parmi lesquels celui de Veolia Eau qui proposait une petite différence… mais qui s’est imposée au final comme une grande différence !, explique Gérard Barrier, maire de Saint-Herblon et vice-président du syndicat. Nous avions le projet de recréer un bassin de vie autour de la STEP, et Veolia a su proposer un projet complet en démontrant une réelle maîtrise technique en la matière ».

Des saules à Anetz Saint-Herblon…

Dans son offre de construction, Veolia Eau avait intégré de nombreux aménagements qui répondait à la demande de prise en compte de l’environnement : lierre rampant à la place du gazon, paillage pour limiter les mauvaises herbes, panneaux photovoltaïques sur l’aire de stockage, et surtout plantation d’une saulaie de 0,5 hectares ainsi qu’un verger boisé pour faciliter l’intégration paysagère de la station d’épuration et mieux gérer l’affinage/exfiltration/infiltration des eaux en sortie de la station. « Nous avons proposé un projet équilibré au plan économique et écologique, commente Fabien Boudaud, responsable Veolia Eau sur le Pays d’Ancenis – Castelbriantais. À l’arrière de la station d’épuration, nous avons composé un milieu naturel composé de marais, de canaux et d’une saulaie qui favorise l’infiltration de l’eau dans le sol et qui diminue l’impact hydraulique sur le marais ». « Le grand gagnant est l’environnement, flore et faune », conclut Éric Lucas, maire d’Anetz et président du syndicat intercommunal.

Des abeilles dans le Pays de la Mée…

Autre illustration d’une approche innovante intégrée de l’environnement par Veolia Eau, cette fois-ci dans le Pays de la Mée, également dans le nord de la Loire-Atlantique. Veolia Eau a proposé au SIAEP la mise en place de ruches, en partenariat avec un apiculteur professionnel local, sur le périmètre de protection du captage de l’eau potable. Elles permettront à partir du printemps 2015 un suivi analytique de la qualité de la ressource, grâce aux abeilles permettant de détecter la présence éventuelle de produits phyto-sanitaires ou métaux lourds.

Des chèvres et des taureaux à Quimper…

À Quimper, la ville a confié à Veolia Eau la gestion de son service de collecte des eaux pluviales, en demandant que l’entretien des bassins de rétention soit réalisé en gestion différenciée. Outre un suivi de la faune et de la flore, Veolia Eau a donc proposé une expérimentation d’ « éco pâturage » sur le bassin de Sainte-Anne du Guelen, les animaux remplaçant les machines et les désherbants pour gérer la croissance des végétaux. Exit donc les tondeuses et autres débroussailleuses, ces outils bruyants et polluants ont été remplacés par des chèvres et taureaux Highland Catle. Une expérimentation prometteuse qui est d’ailleurs suivie par les services de l’État…