Eau potable : des techniques de pointe contre les fuites sur les réseaux

Détection acoustique ou par gaz traceur, Veolia exploite des procédés technologiques performants pour assurer la détection des fuites sur les réseaux d’eau potable. Objectifs : réduire le volume d’eau perdue et optimiser la performance des réseaux.

Les équipes de Veolia sont équipées de systèmes de recherche de fuites, peuvent ainsi proposer aux collectivités locales une palette de solutions techniques pour améliorer le rendement de leurs réseaux. L’enjeu est d’abord environnemental, fixé par le cadre réglementaire : l’article 161 du Grenelle II contraint depuis début 2014 les collectivités organisatrices des services d’eau potable à disposer d’un descriptif détaillé des ouvrages de transport et de distribution d’eau potable, et à établir un plan d’action en cas de rendement inférieur aux seuils fixés par décret. Mais l’enjeu est également d’ordre économique, puisque l’eau qui n’arrive pas au compteur n’est pas facturée à l’abonné.

Détection acoustique et par gaz traceur

Pour les réseaux constitués de fonte ou d’acier, Veolia utilise des méthodes de recherche de fuites dites « acoustiques ». Cette détection consiste à écouter les bruits émis par la circulation de l’eau dans les canalisations. Des prélocalisateurs, capteurs disposés en différents points de la canalisation, mesurent les niveaux de bruit et prélocalisent la fuite. Un corrélateur va ensuite analyser et positionner les fuites par rapport à chaque enregistreur. Enfin, des microphones de sols, avec amplificateurs, sont utilisés pour localiser très précisément la fuite.

Pour les canalisations en PVC ou PEHD qui ne transmettent que très faiblement les sons, ou quand la nature du sol et/ou la faible pression d’eau perturbent la propagation du bruit, Veolia met en œuvre un procédé innovant : la recherche de fuites par gaz traceur. Cette technique consiste à injecter dans la conduite d’eau un gaz plus léger que l’air (sans danger pour le consommateur). Lorsque ce gaz parvient au niveau de la fuite, il remonte à la surface du sol où il est aisément repérable à l’aide d’un détecteur.

Deux exemples en Loire-Atlantique

Ces récentes et performantes techniques de recherche de fuites sont ainsi utilisées par Veolia a sur deux réseaux d’eau potable au nord du département de la Loire-Atlantique. Sur la ville de Châteaubriant, ce sont 120 km de réseaux d’adduction d’eau potable qu’il faut surveiller sans relâche afin de détecter et réparer les fuites. Sur les 22 communes du Syndicat de La Mée*, le réseau concerné représente pas moins de 1 017 km.